Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
02 Nov

L'ESCLAVE DU MAÎTRE FACEBOOK

Publié par Billy Jacques

« Nous avons été réduits en esclavage » : comment Facebook a perturbé notre compréhension du bonheur
Si la crise climatique est une menace existentielle et physique, alors Facebook constitue une menace pour notre existence psychologique en tant qu’êtres humains. Il y a plus de 20 ans, j’ai commencé à faire des recherches sur l’impact d’Internet sur le bonheur que nous vivons dans le monde numérique. Au début j’étais naïf, je pensais que les technologies étaient neutres et tout dépend de ce que nous, les humains, en faisons. Très rapidement, la naïveté s’est évanouie et j’ai réalisé qu’il y a ceux qui construisent de si mauvaises technologies, qui nous nuisent essentiellement – physiquement et mentalement.

Dans son livre « 1984 », George Orwell met en garde contre l’ère « Big Brother », dans laquelle nous serons gouvernés contre notre gré par le pouvoir de surveillance et de la police. En revanche, Aldus Huxley soutient dans son livre « A Wonderful New World » que le danger pour la perte d’indépendance de l’individu réside précisément dans le lavage de cerveau du calme et du bonheur. Facebook est l’incarnation du grand frère qui nous contrôle par le cœur. Nous l’asservissons volontairement, sans en comprendre les conséquences à long terme.

 

Dans la simple expérience utilisateur, Facebook est en fait une collection infinie et passionnante de nouvelles et d’expériences personnalisées pour nous. S’il y a une fête en ville à laquelle je veux participer, c’est la fête Facebook et quiconque n’est pas là, vous connaissez la suite

Mais c’est une vision superficielle et naïve. Facebook a changé notre pensée psychologique. Tout un monde de qualité a soudainement commencé à être traduit en concepts quantitatifs : l’estime de soi, l’amitié et l’intimité, tout traduit en simples chiffres. Au lieu de remplir nos batteries d’interactions sociales enrichissantes, nous sommes devenus le bonheur des relations publiques. Notre compréhension de ce dont nous avons besoin pour être heureux s’est complètement déformée.
 

Si la question philosophique se posait un jour : « Si un arbre tombe dans une forêt où il n’y a pas d’homme, fait-il un bruit ? Soudain, une question beaucoup plus importante s’est posée pour elle à propos de ce poids absurde : « Si vous avez eu un moment heureux dans votre vie et que vous l’avez téléchargé sur Facebook et qu’il n’a pas eu assez de likes, était-ce un moment heureux ? ».Au lieu de recharger nos batteries psychologiques, nous avons acheté une illusion. Pas étonnant que des études rapportent que plus les gens passent du temps sur Facebook, plus leur solitude est élevé.

Ne vous méprenez pas, Facebook n’est pas votre psychologue ou votre source de bonheur. Facebook est une entreprise. Une entreprise qui veut faire du profit. Comment gagne-t-elle ? De votre temps, attention et concentration. Le cartel fournit des doses de dopamine fréquentes, caresse nos mécanismes les plus primitifs et bénéficie des théories du complot qui créent un énorme tsunami émotionnel et bien sûr – viral. Après tout, il s’agit d’un réseau social, unique en son genre et faisant partie d’un groupe de centrales énergivores qui répondent aux noms de Facebook, WhatsApp et Instagram, le tout sous la même enveloppe du cartel et sous son nouveau nom (Meta). En tant qu’organisation Facebook, elle continue de se vanter de slogans creux sur la moralité et les valeurs tout en censurant les opposants au régime de la Chine au Vietnam.

 

Facebook est une entreprise plus forte que n’importe quel gouvernement dans le monde. Le pouvoir est un élément de corruption et le pouvoir total corrompt de manière totale. Quand on est aussi puissant que Facebook, d’une part on crée un énorme lobby politique – le désir d’être du bon côté de Facebook est le rêve de tout politicien – et d’autre part Facebook empêche les opposants aux régimes totalitaires de faire entendre leur voix et censure quiconque parle contre eux.

Il y a quelques années, j’étais sur le point de donner une conférence sur Facebook. On m’a demandé de m’engager à ne rien dire contre eux et quand j’ai refusé, j’ai annulé. Mon histoire est petite et l’une des nombreuses sortes que Facebook essaie de faire taire. Je suis troublé par la question éthique – comment tant de psychologues conscients de conséquences sans précédent sont-ils prêts à coopérer avec la commercialisation du BIG DATA – à nos dépens ? L’académie est connue pour ses critiques depuis des siècles, une critique que Facebook a également réussi à mettre de côté.

 

La nouvelle vision META de Facebook, centrée sur un monde virtuel où tout se passera, leur permettra de faire un pas de plus vers la prise de contrôle finale de nos cœurs et de nos esprits

Je pense que Facebook ne peut pas être autorisé à créer sa propre réglementation. Nous devons nous unir contre le cartel de Facebook. Nous devons exiger une réglementation externe stricte qui démantèlerait le cartel Facebook-Instagram-WhatsApp. Nous devons exiger une transparence et une protection totales des informations que nous transmettons à Facebook. Le régulateur doit favoriser une véritable concurrence sur Internet en général et sur les réseaux sociaux en particulier. Si nous ne le faisons pas maintenant, nous nous perdrons dans la connaissance

L’auteur est à la tête du Center for the Study of Internet Psychology de l’Université Reichman.

 

Read more https://infos-israel.news/nous-avons-ete-reduits-en-esclavage-comment-facebook-a-perturbe-notre-comprehension-du-bonheur/

Billy Jacques kheta 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

ISRAEL MA PATRIE