Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
08 Nov

LA VACHE ROUSSE EN ISRAEL

Publié par BILLY JACQUES KETA  - Catégories :  #GENISSE ROUSSE

TEMPLE INSTITUT
TEMPLE INSTITUT

VACHE ROUSSE[1]

Mais ces quelques dernières années, certains rabbins ont retroussé leurs tsitsit et enfilé des bottes en caoutchouc pour créer la ferme idéale pour un petit troupeau de génisses rouges saintes, appelées en hébreu « Parah Aduma ». Vous aurez la vidéo de cette ferme sur support cd accompagnant le livre.

Les génisses rouges étaient offertes en guise de sacrifice dans le Temple et leurs cendres étaient utilisées dans les rituels de purification, en particulier pour les personnes devenues impures par un contact avec des cadavres.

L’Institut du Temple est une organisation de 28 ans d’âge qui a construit plus de 70 artefacts pouvant être utilisés quand un Troisième Temple sera construit. Son dernier projet consiste à importer des embryons congelés provenant de bovins Red Angus aux États-Unis pour créer un troupeau de génisses rouges casher en Israël.

« Les gens croient que la génisse rousse appartient à un autre monde et est vraiment rare », explique le rabbin Chaim Richman, directeur international et co-fondateur de l’Institut du Temple. « Mais des centaines, voire des milliers de têtes de bétail de couleur rouge de différentes espèces seraient admissibles. »

Ce qui a rendu la génisse rousse moderne une bête impossible à trouver réside donc bien dans cette description du livre des Nombres,

Chapitre 19 : « Voici ce qui est ordonné par la loi que l’Eternel a prescrite, en disant : ‘Parle aux enfants d’Israël, et qu’ils t’amènent une vache rousse, sans tache, sans défaut corporel, et qui n’ait point porté le joug’. »

Les vaches élevées dans des fermes laitières commerciales sont soumises à toutes sortes de conditions : elles ont les oreilles percées d’une étiquette numérotée, des coupures ou des contusions causées par des bousculades avec les autres vaches ou un contact avec les clôtures brisées, et des ulcères causés par un métal ingéré accidentellement mélangé à de la nourriture pour bétail bon marché.

Même une vaccination pourrait être considérée comme un défaut. En outre, les vaches des fermes commerciales sont utilisées pour labourer, ce qui est interdit selon les critères de la génisse rousse.

Un chercheur de l’Institut du Temple examine l’une des vaches rouges nées d’embryons congelés importés afin d’assurer que la vache n’a pas de poils blancs ou noirs, ce qui la rendrait impure. (Courtoisie Institut du Temple)

« En fin de compte, une génisse rousse casher(le mot casher chez les juifs veut dire : préparer selon les règles de la religion juive) doit être programmée dès sa naissance », explique Richman.

« L’animal doit être contrôlé, surveillé et soigné. »

Le mont du Temple a entamé un processus d’importation d’embryons congelés de vaches Red Angus des États-Unis – réputées plus susceptibles de créer une descendance entièrement rousse – dans le but de créer le premier troupeau de génisses rouges pour un usage rituel en Israël. Elles sont appelées « génisses rousses » parce que la vache doit être une femelle, mais qui n’a jamais mis bas.

Afin de créer un environnement permettant de protéger suffisamment les vaches et de préserver leur statut casher, Richman et ses partisans ont visité un certain nombre de fermes en Israël, afin d’aplanir les détails de l’infrastructure et de minimiser les dommages potentiels.

Le projet n’est pas bon marché. L’Institut du Temple a récemment lancé une campagne de collecte de fonds Indiegogo pour amasser plus de 125 000 dollars de dons.

Chaque embryon congelé coûte environ 3 000 shekels. Jusqu’à présent, les embryons emplantés chez des vaches en Israël ont eu un taux de réussite de 30 % environ.

Le ministère de l’Agriculture ne permet pas l’importation de bovins vivants en raison de la menace de maladies bovines telles que la fièvre aphteuse ou la vache folle, de sorte que tout agriculteur qui souhaite élever une race de vache non disponible en Israël doit utiliser des embryons congelés.

Selon Richman, le fait que l’organisation se focalise sur les artefacts rituels destinés au Troisième Temple n’a aucune intention messianique et ne vise pas à hâter la fin des temps. Richman souligne qu’un tiers des 613 commandements du judaïsme sont liés au Temple.

« Notre motivation est la même que celle de respecter le Shabbat(Repos hebdomadaire que les Juifs observent le samedi) : parce que Dieu nous a ordonné de le faire », dit-il. « L’idée est de faire de notre mieux pour remplir le rôle du peuple juif. »

Plus d’un million de personnes ont visité l’exposition de l’Institut du Temple et les 70 objets rituels qu’il a construits selon les instructions de la Torah.

Richman dit que ces objets, y compris la future vache rousse, ne sont pas des modèles, mais sont entièrement casher pour une utilisation dans le Troisième Temple.

« Les Juifs n’attendent pas à la veille de la fête de Souccot qu’une soucca descende du ciel, » dit-il.

L’objet le plus connu de l’Institut du Temple est un candélabre, ou Menorah, dressée sur une place de la Vieille Ville près du mur Occidental.

Des rabbins de l’Institut du Temple rencontrent des agriculteurs pour discuter de la meilleure façon de construire une ferme qui permettra de protéger les génisses rouges de tout type de défaut. (Courtoisie Institut du Temple)

Mais l’Institut du Temple n’est pas le seul à programmer une génisse rousse. Il y a des projets de génisses rouges tout le temps. Le dernier provenait d’une communauté juive de Lakewood, New Jersey.

Selon des articles parus dans la presse ultra-orthodoxe et dans des blogs juifs, l’agriculteur, Herbert Celler, est le fils de survivants de l’Holocauste.

Richman dit que le fait que cette histoire s’est répandue comme une traînée de poudre témoigne de la volonté de la communauté juive de se relier à ce concept.

« La génisse rousse est l’antidote exclusif à la question de la tumat hamet, classiquement traduit comme impureté causée par l’exposition à un corps mort », dit Richman.

« Mais il y a aussi un concept holistique qui concerne un déséquilibre spirituel, une déconnexion de la réalité de la présence de Dieu. L’antidote est ce processus de connexion à travers une génisse rouge. »

L’Institut du Temple a déjà connu un petit succès, avec la naissance de quelques vaches totalement rousses des embryons congelés. Il n’y avait qu’un seul problème : ce n’était pas des génisses rousses, mais des taureaux roux.

Sans oublier qu’il est écrit au livre des Nombres (19:1) : « L'Éternel parla à Moïse et à Aaron en ces termes: "Ceci est un statut de la loi qu'a prescrit l'Éternel, savoir : Avertis les enfants d'Israël de te choisir une vache rousse, intacte, sans aucun défaut, et qui n'ait pas encore porté le joug. Vous la remettrez au pontife Eléazar ; il la fera conduire hors du camp, et on l'immolera en sa présence. Le pontife Eléazar prendra du sang de l'animal avec le doigt, et il fera, en les dirigeants vers la face de la tente d'assignation, sept aspersions de ce sang. Alors on brûlera la vache sous ses yeux : sa peau, sa chair et son sang, on les brûlera avec sa fiente. Le pontife prendra du bois de cèdre, de l'hysope et de l'écarlate, qu'il jettera dans le feu où se consume la vache. Puis ce pontife lavera ses vêtements, baignera son corps dans l'eau, et alors il rentrera au camp […] Cependant un homme pur recueillera les cendres de la vache et les déposera hors du camp, en lieu pur, où elles resteront en dépôt, pour la communauté des enfants d'Israël, en vue de l'eau lustrale : c'est un purificatoire […] Et ceci sera, pour les enfants d'Israël et pour l'étranger établi parmi eux, un statut invariable : celui qui touchera au cadavre d'un être humain quelconque sera impur durant sept jours. Qu'il se purifie au moyen de ces cendres, le troisième et le septième jour, et il sera pur… »

On aura compris, sans le sacrifice de cette vache rousse, le rituel de la purification est impossible, et sans ce rituel de purification, inutile de songer à fouler aux pieds le mont du Temple, a fortiori à y bâtir le sanctuaire. Mais où trouver cet élusif animal ?[2]

Voici une trentaine d’années, on a cru trouver la perle rare à Kfar Hassidim, un mochav situé près de Haïfa. Hélas, on a fini par trouver des poils noirs dans sa robe, ce qui la disqualifiait. Désormais, les gens de l’Institut de Temple ont décidé de ne plus abandonner cette affaire aux caprices de la nature. Un article de Nir Hasson dansHaaretz du vendredi 17 juillet nous apprend comment ils s’y sont pris. Des chercheurs de l’Institut ont fini par trouver au Texas une ferme connue pour élever une variété de vaches rousses nommée Red Angus, et une délégation y est allée pour acheter des embryons gelés. Ces embryons ont ensuite été convoyés dans une ferme du sud d’Israël spécialisée dans l’élevage de vaches porteuses. Convenablement surveillées et soignées, ces mères porteuses devraient donner naissance neuf mois après l’insémination artificielle à au moins une génisse entièrement rousse, ou du moins qui n’ait pas plus de deux poils noirs. Ce serait la première génisse répondant à ce critère depuis la chute du Temple. Il ne restera plus qu’à attendre qu’elle ait atteint l’âge de deux ans – et l’on pourra reconstruire le Temple.

On peut sourire des frasques d’une poignée d’illuminés et trouver comique leur manière de mobiliser les avancées de la science moderne au service d’un projet dont les racines plongent dans la nuit des temps. Mais le sourire s’efface lorsqu’on songe que leur entreprise fait bon marché de deux millénaires de tradition juive, laquelle a remplacé le Temple par la synagogue et le sacrifice par l’étude. Et le sourire tourne à la grimace épouvantée si l’on pense aux retombées politiques de cette affaire. Car les fous de Dieu ne plaisantent pas, et l’on aurait tort de ne pas les prendre au sérieux. « Ne vous y trompez pas », explique le rabbin Chaïm Richman, le chef de la division internationale (sic) de l’Institut, « ce projet n’est rien de moins que la première étape de la réintroduction de la pureté biblique dans le monde, la condition préalable de la construction du Temple saint. Deux mille ans durant, nous avons pleuré la destruction du Temple saint, mais l’avenir est dans nos mains. »

« L’avenir est dans nos mains ». Les historiens appellent cela « messianisme actif », une affaire qui, de la chute du Second Temple à l’aventure de Sabbataï Tsevi en passant par la révolte de Bar-Kokhba qui a vidé le pays de ses habitants juifs, a déjà coûté cher à notre peuple. Demandez aux musulmans, ils en paient le prix tous les jours.

Elie Barnavi est historien et essayiste, Professeur émérite d'histoire moderne à l'Université de Tel-Aviv, et ancien ambassadeur d'Israël en France.

Que dit notre Moise actuel ?

LE.FILTRE.D.UN.HOMME.QUI.RÉFLÉCHIT_ JEFF.IN DIMANCHE_ 65-0822E

97 Remarquez, dans Exode 19, j’aimerais que vous le lisiez quand vous serez rentrés chez vous, quand vous aurez plus de temps. Remarquez, quand Israël avait commis un péché, d’abord, ils choisissaient une vache rousse qui n’avait jamais porté le joug. Ce qui veut dire qu’elle n’avait jamais été attelée à quoi que ce soit.

98 Et il fallait qu’elle soit rousse. La couleur rouge est une couleur de–d’expiation. Vous savez, la science sait que si vous prenez du rouge, et que vous regardez du rouge à travers le rouge, c’est blanc. Regardez du rouge, à travers le rouge, c’est blanc. Il regarde à travers le Sang rouge du Seigneur Jésus, et nos péchés rouges deviennent blancs comme la neige; du rouge à travers le rouge.

Et, vers le soir, cette vache était immolée, par toute l’assemblée d’Israël.

Et on appliquait sept marques de son sang, sur la porte par laquelle toute l’assemblée devait entrer; un type des Sept Âges de l’Église : par le Sang.

SEPT.ÂGES_ CHAPITRE.8 PAGE.285

{293-2} Israël prenait la génisse rousse et la sacrifiait sur l’autel pour la rémission des péchés. Pendant une année, les péchés du coupable étaient couverts. Mais couvrir le péché ne pouvait pas enlever le désir de pécher. Ce n’était pas une offrande parfaite. C’en était l’ombre, qui devait durer jusqu’au moment où le vrai sacrifice viendrait. Ainsi, chaque année, l’homme devait offrir un sacrifice, et chaque année, il devait revenir, parce qu’il avait toujours le même désir de pécher. La vie de l’animal servait à expier le péché de l’homme, mais comme le sang versé n’était que le sang d’un animal, et que la vie sacrifiée n’était que celle d’un animal, cette vie ne pouvait pas revenir sur l’homme. Et même si elle était revenue, elle n’aurait pas été utile. Par contre, quand Christ, le substitut parfait, a été offert, et que Son sang a été versé, alors la vie qui était en Christ est revenue sur le pécheur repentant, et, comme cette vie était la vie parfaite de Christ, juste et sans péché, le coupable était alors libéré, car il n’avait plus le désir de pécher. La vie de Jésus était revenue sur lui. C’est ce que signifie Romains 8.2 :

LE.FILTRE.D.UN.HOMME.QUI.RÉFLÉCHIT_ JEFF.IN DIMANCHE_ 65-0822E

23 † Maintenant, dans Nombres 19.9, nous voulons lire ce texte, ou plutôt ce passage de l’Écriture.

Et un homme pur ramassera la cendre de la génisse, et la déposera hors du camp en un lieu pur, et elle sera gardée pour l’assemblée... (maintenant observez) pour l’assemblée des fils d’Israël comme eau de séparation, c’est une purification pour le péché. [version Darby]

SUR.LES.AILES.D.UNE.COLOMBE_ SHREVEPORT.LA V-2.N-1 DIMANCHE 65-1128E

68 Maintenant, écoutez ceci :

Et l’Éternel lui dit : Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans,... (observez les trois, maintenant; “de trois ans”) ...un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. (Il s’agit de la même espèce, de la même chose. Vous voyez, on l’utilisait dans un sacrifice pour préfigurer Jésus.)

SEPT.ÂGES_ CHAPITRE.8 PAGE.285

{293-2} † Israël prenait la génisse rousse et la sacrifiait sur l’autel pour la rémission des péchés. Pendant une année, les péchés du coupable étaient couverts. Mais couvrir le péché ne pouvait pas enlever le désir de pécher. Ce n’était pas une offrande parfaite. C’en était l’ombre, qui devait durer jusqu’au moment où le vrai sacrifice viendrait. Ainsi, chaque année, l’homme devait offrir un sacrifice, et chaque année, il devait revenir, parce qu’il avait toujours le même désir de pécher. La vie de l’animal servait à expier le péché de l’homme, mais comme le sang versé n’était que le sang d’un animal, et que la vie sacrifiée n’était que celle d’un animal, cette vie ne pouvait pas revenir sur l’homme. Et même si elle était revenue, elle n’aurait pas été utile. Par contre, quand Christ, le substitut parfait, a été offert, et que Son sang a été versé, alors la vie qui était en Christ est revenue sur le pécheur repentant, et, comme cette vie était la vie parfaite de Christ, juste et sans péché, le coupable était alors libéré, car il n’avait plus le désir de pécher. La vie de Jésus était revenue sur lui. C’est ce que signifie Romains 8.2 :

“La loi de l’Esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.”

[1] fr.timesofisrael.com

[2] www.i24news.tv/fr/opinions/78912-15

LA GENISSE ROUSSE EN ISRAEL

LA GENISSE ROUSSE EN ISRAEL

Commenter cet article
M
L'augmentation des séismes en Algérie et dans le monde c'est la fin du monde après la fin du monde les non musulmans et les hypocrites musulmans a l'enfer si la fin du monde Mars 2017 aux non musulmans de se convertir a l'islam et aux musulmans d'appliquer le Coran a 100% pour éviter la panique et l'enfer ALLAH dit ( Quiconque recherche en dehors de l'islam une autre religion, celle-ci ne sera point acceptée de Lui , et dans l'autre monde, il sera du nombre des réprouvés.) Verset 85 Sourate Al-i'lmran merci.
Répondre
B
mehdi bonjour; dire que celui qui ne se converti pas a l'islam ira en enfer c'est tres tres tres faux. une seule maniere c'est d'etre un Fils de Dieu ayant son nom inscrit dans le livre de la Vie, et donc voila la seule chose.

Archives

À propos

ISRAEL MA PATRIE